Retour

Rencontre avec Les Darons - Yannick et Sébastien

Actualités

07 avril 2021

Librairie les Darons

Totem : Animal (ou végétal) considéré comme l'ancêtre et le protecteur d'un clan, objet de tabous et de devoirs particuliers.

Daron : En 1680, le daron désigne «le maître de maison», soit l'ancêtre de notre «patron», mais ce mot est aussi utilisé pour désigné le « père ».

Pourquoi commencer un article par la définition de ces deux mots me direz-vous ?
Et bien parce qu'il y a du changement dans la vallée messieurs dames !

La vie avance et certaines choses changent et évoluent ! Eugénie et Sébastien ont décidé de passer la main en confiant leur librairie « Totem Villé » à Yannick et Sébastien qui prennent les commandes et ouvrent leur librairie « les Darons ».
Nous espérons que nos deux libraires préférés vivront encore de belles aventures, humaines et littéraires et qu'ils reviendront nous voir, nous, et nos deux nouveaux libraires préférés !

Yannick et Sébastien, bonjour !
Est-ce que vous pouvez commencer par vous présenter à nos lecteurs s'il vous plaît ?

Y : Yannick, 42 ans, 3 enfants (Ninon, Sören et Jonah) et marié à la belle blonde de la médiathèque de Villé (Anne Hélène). Je gère aussi l’atelier de sérigraphie artisanal et DIY « Les Presses Ambulatoires » à Breitenbach. Je suis un très grand bavard, vous allez vite vous en apercevoir !!!

S : Sébastien 46 ans, 1 fille de 10 ans, Susie, et compagnon de Nathalie qui gère le secteur musique de la Médiathèque de Sélestat. Avant de me lancer dans l’aventure, j’ai travaillé 17 ans à l’Université de Strasbourg comme responsable du département d’information du Patrimoine et ensuite 3 ans en tant que Géomètre dans un cabinet de géomètres expert de Sélestat.

Je ne vous connais pas du tout et je me pose autant de questions que vos futurs clients.
Est-ce que vous êtes originaires de la Vallée et si non, comment et quand y êtes-vous arrivés ?

Y : Pareil, je ne te connais pas, mais je connais toutes tes collègues que j’ai déjà eu la chance de côtoyer sur de petites animations :0) … Mais plus sérieusement, je suis originaire de Sand (à côté de Benfeld) et je suis arrivé dans la Vallée en juin 2011. Quand ma femme a obtenu son poste à Villé en mars 2009 et qu’on était à Strasbourg, on en a vite eu assez de faire la route. Trouver une petite maison ici au grand air a très vite été notre objectif, et un choix crucial pour notre avenir au final.

S : Moi je t’ai déjà croisé dans un magasin de vélo sur Sélestat il y a quelques années ! Je ne suis pas originaire de la Vallée mais de Kunheim dans le Haut-Rhin, après avoir rencontré Nathalie nous avons d’abord vécu à Sélestat, mais ayant grandi dans une maison en bordure de forêt sans voisin, j’ai vite eu envie de retrouver la nature devant ma porte et la vie dans un village, alors quand nous sommes arrivés à Hohwarth dans cette maison avec vue sur l'Ungersberg ça a été le coup de foudre et en une seule visite nos cœurs ont décidé que c’est ici que nous allions poursuivre notre vie.

Libraire : Commerçant(e) qui vend des livres.
Est-ce votre métier à tous les deux ou êtes-vous issus d'univers totalement différents ?

Y : 50/50 pour ma part. J’avais une boite de nettoyage depuis 2006 que j’ai complètement lâchée en arrivant ici, puis j’ai trouvé un poste à temps partiel à la médiathèque du Val d’Argent, poste que j’ai complété avec la librairie dès son ouverture en 2013 et jusqu’en 2016. Depuis septembre 2017, je travaillais en CDD à la médiathèque de Barr, que j’ai quitté au 31 janvier dernier. Bref, je patauge dans les bouquins.

S : Pour ma part je viens d’un univers totalement différent, j’ai d’abord travaillé pendant 17 ans pour l’Université de Strasbourg en tant que responsable du département d’information du Patrimoine Immobilier et administrateur du système d’information qui était utilisé par l’ensemble des établissements universitaires alsaciens. Depuis 2018 je travaillais dans le cabinet de Géomètres-Experts Schaller-Roth-Simler à Sélestat. Donc pour moi c’est la plongée dans un univers complètement différent par beaucoup d’aspects.

Comment en êtes-vous arrivés à vous lancer dans cette aventure ?
Ce n'est pas rien que de faire vivre une librairie, aussi bien lancée et implantée soit-elle, dans un paysage de petite montagne avec bien plus de sapins que d'habitants !
Qu'est-ce qui vous a motivé ?

Y : Comme l’ai expliqué avant, Totem, c’est avant tout des potes ! Sébastien et Eugénie, je les connais depuis plus de 10 ans, ils se sont installés dans la vallée juste après moi, c’était cool de les voir venir ici. Quand ils ont monté la librairie et m’ont demandé d’aider à temps partiel, j’ai dit oui avec beaucoup de plaisir. Ensuite, la motivation est simple : la librairie est un lieu culturel incontournable de la vallée. Elle est à vendre, mais je pense que tout le monde ne tente pas sa chance dans la vallée, surtout quand tu n’y habites pas, que tu ne connais pas l’ambiance et la façon de vivre qui règnent ici. Séb’ et moi sommes là depuis 10 ans, on est imprégné de ce bon vivre, de ce vivre ensemble, et il était hors de question de voir la librairie fermer ses portes. La reprise était évidente pour nous, sachant qu’elle a encore un fort potentiel devant elle.

S : En nous installant dans la Vallée nous avons découvert en plus d’un lieu magnifique, une vie sociale et une dynamique très forte, et surtout des habitants très attachés à la vie locale et leurs commerces. Nous sommes arrivés à peine avant l’ouverture de Totem, c’est très vite devenu plus qu’une librairie pour nous, on y était bien, c’était devenu notre rituel du samedi avec ma fille, et Eugénie et Sébastien, par le biais de Yannick, sont devenus des amis. La librairie fait partie de la vie de la Vallée, il n’était pas question de la voir disparaître, c’est un lieu tellement important pour la Vallée que par une belle journée ensoleillée on s’est dit « Mais pourquoi pas se lancer dans cette aventure tous les deux ? »

Qui fait quoi chez les Darons et puis d'abord, pourquoi ce nom … les darons ?

Y : Facile, Seb c’est le cerveau, et moi les muscles !! Bon OK … en gros, chacun fait un peu de tout, mais nous sommes complémentaires, c’est notre point fort.

Pour le nom, on cherchait un bon truc, pas forcément en lien avec les bouquins … on cherchait nos points communs, et c’est finalement ma femme qui a trouvé assez rapidement : deux papas actifs, qui gèrent leurs gosses et leurs boulots, des bons darons !! BIM, c’était plié, Les Darons sont nés ce soir-là.

S : Pour le nom tout est dit, effectivement on voulait sortir de noms qui sont directement en rapport avec les livres et pour la trouvaille l’explication est au-dessus.

Après l’idée de nous associer vient principalement du fait qu’on se connaisse depuis 10ans. Nous sommes souvent sur la même longueur d’onde et bien sur la complémentarité, même si chacun va effectivement toucher à tout, chacun a ses points forts. Celui de Yannick étant sa connaissance du milieu du livre et moi par mon coté gestion de projet (psychorigide comme le dis un certain Y ????), mais chacun apprend de l’autre et nous formons une belle équipe.

Du coup, gardez-vous l'esprit livres/jeux de société ou vous allez tout changer et proposer quelque chose de totalement nouveau ? Papeterie (écolo bien entendu!) ? BD ? …

Y : Aucune révolution au programme mon cher ami, l’esprit Totem sera toujours présent. Les jeux seront toujours là, les livres toujours en bonne place, la carterie aussi. Pas de papeterie en vue, ---mais un fonds BD et Jeunesse bien plus important va voir le jour dans les semaines à venir. Il y a pas mal de travail de ce côté-là, et on va créer un espace supplémentaire pour les jeunes. Quelques travaux vont avoir lieu, mais rien de foufou, ça n’entraînera pas de fermeture par exemple.

S : oui d’accord nous sommes.

Est-ce que l'on pourra commander des manuels scolaires chez « les Darons » ?

Y : Tout ce qui est commandable et distribué devrait être (en toute logique) disponible chez nous, comme dans toutes les librairies indépendantes ;o)

S : et bien sûr nous continuerons de travailler avec les établissements scolaires, collectivités, bibliothèques et médiathèques qui le souhaitent.

Y-a-t-il un genre littéraire qui sera mis à l'honneur à la librairie ?

Y : Pas spécialement, mais il y aura un peu plus de fonds BD et jeunesse comme je disais, et surtout des emplacements dédiés à nos coups de cœur (en livre et en jeux). On les mettra régulièrement en avant avec une petite note, histoire de vous faire envie !!

S : Ce sont plus nos coups de cœurs à nous, nos compagnes et nos enfants qui seront mis en avant, et effectivement ce fonds BD et jeunesse qui va être enrichi avec la création de cet espace dédié. Pour ma part étant grand fan de bande dessinées et comics, c’est un espace qui me tient à cœur.

Je sais que ce n'est pas vraiment la bonne période à cause de ce satané covid mais est-ce que vous imaginez votre librairie comme un lieu d'échanges ? Proposerez-vous des réunions d'information, des conférences, des présentations d'auteurs, des soirées jeux ???

Y : Dans notre projet, il est question d’avoir un « espace rencontre ». Rien à voir avec Meetic, mais c’est en fait clairement l’annonce du retour des soirées jeux de société qu’avait lancé Eugénie et Sébastien en 2019. De mémoire, il y en avait eu 3, ça avait rencontré un vif succès, j’y avais participé (autant en mode joueur qu’en mode animateur) et j’avais hâte pour les prochaines qui, Covid oblige, n’ont jamais eues lieu.

En terme d’échanges, on voudrait aussi que la librairie existe en tant que « lieu où échanger », pas juste un commerce. Donc oui, si on peut faire des mini-conférences autour de thèmes précis qui nous tiennent à cœur, on fera ça sans problème. L’essentiel étant d’avoir des acteurs (ce qu’on peut trouver sans trop de souci), mais aussi et surtout des spectateurs. L’un sans l’autre ça ne fonctionne pas !!

S : Pour les après-midis ou soirées jeux, cela nous semble important car d’une part ces rencontres permettront aux gens de pouvoir découvrir, redécouvrir des jeux mais également de permettre des échanges entre joueurs de la Vallée.

Au programme il y aura aussi l’heure du conte que Yannick avait mis en place à la médiathèque de Barr. Étant un peu musiciens tous les deux, nous souhaiterions proposer cet instant de partage et de découverte des contes et comptines populaires qui sont important pour les jeunes enfants.

Et d'ailleurs, c'est quoi votre truc à tous les deux ? La littérature ou les jeux ?
Et quel genre de littérature ? Et du coup, quel genre de jeu ?

Y : En litté, j’aime les livres qui me retournent, qui me font réfléchir ou qui me scotchent sur place. Le ton est aussi important pour moi. J’aime les bons mots, j’aime la dérision aussi, ou bien la force des personnages. Je m’identifie facilement aux acteurs d’un roman ou d’une BD, j’aime ressentir ce que je lis. Des livres coup de poing, c’est ça que j’aime.

Niveau jeux, je suis très friand de tout ce qui est dans la large gamme « familial + + » comme je les appelle. Ce sont des jeux accessibles pour toute la famille (familial donc), mais avec un peu de gamberge tout de même (c’est le côté + +). Des jeux comme Splendor, Fertility, Wingspan ou en encore Les Aventuriers du Rail sont désormais mes nouveaux classiques qui ont enterré les Monopoly et consorts … Puis les jeux type famille, je les essaie avec mes enfants même s’ils n’ont pas forcément l’âge d’y jouer, ils apprennent très vite des mécaniques de jeux utilisées dans d’autres références (mon dernier qui aura 6 ans en août commence à gérer Splendor Marvel comme un chef). C’est super fou de voir cette capacité qu’ils ont à essayer de comprendre un jeu qui n’est pas forcément de leur niveau, tout en voulant absolument y gagner (ou au moins trouver comment gagner). Et puis ça fait travailler les neurones, car dans ce genre de jeux l’expérience ludique est très riche et bénéfique pour les enfants (du moment qu’ils y accrochent bien sûr, je comprends à 100 % que des enfants ne trouvent pas leur compte dans des jeux modernes).

S : J’aime me faire surprendre, je n’ai pas de genre bien spécifique, j’adore qu’un livre me fasse voyager et y rencontrer des personnages attachants et atypiques. J’ai un faible pour les personnages un peu loufoques. Après j’aime à retrouver régulièrement certains personnages lors de leurs aventures au fil des romans, ce doit être mon côté comics avec les séries ????

Pour les jeux, joueur depuis toujours, mes débuts se sont faits sur les jeux de rôle et jeux de plateaux avec figurines, donc des parties bien longues ????. Maintenant ma pratique est plus orientée jeux familiaux ou à deux, j’adore les jeux qui poussent à réfléchir, quelques soit leur durée, nous jouons beaucoup en famille (et même famille élargie avec celle de la tribu de Yannick ????). Ce qui me booste le plus c’est quand ça commence à être tendu pour décrocher la victoire contre ma fille, ce qui arrive très vite !!! Nous jouons beaucoup à Star Realms tous les deux, et une bonne découverte du moment c’est Cartographers ou le finish se fait quasi toujours à la vidéo ????. Mais jamais je ne dirais non à une partie qui aura du mal à tenir en une nuit !!!

Quelle est la technique des libraires pour connaître autant d'ouvrages et surtout, pour être capables d'en parler ?
Est-ce que vous avez des catalogues de résumés ou est-ce que vous LISEZ TOUS les livres que vous vendez.

Y : J’ai un secret : ma femme lit tout le temps ;0) Non, on ne lit pas tout. Et on n’a pas de résumé. Il y a des livres qui se vendent tout seul … d’autres moins. Ce sont ceux sur lesquels on bosse un peu plus. J’ai des dizaines de pépites en tête qui pour moi n’ont pas eu la lumière qu’ils méritent, et c’est avec nos mises en avant qu’on arrivera à les partager et à les faire venir à vous, c’est là le rôle même du libraire.

S : En complément pour moi c’est d’écouter énormément quand les gens me parlent de leurs lectures, les supports de diffusion. Mais effectivement c’est aussi de partager et faire découvrir ce qui est moins mis en avant.

C'est un peu la même question pour les jeux. Est-ce qu'il y a des formations pour apprendre les règles de tous les jeux faites par vos fournisseurs ou est-ce que vous devez tester tous les jeux pour savoir en parler ?

Y et S : Pareil, on ne les connaît pas tous, mais on se renseigne, on nous les présente, et puis Internet regorge de sites qui te présentent parfois en avant-première les jeux, le matériel etc. etc. Avant la Covid, il y avait aussi les salons pour les boutiques ludiques … même si nous n’y avons pas été, Sébastien et Eugénie nous ont déjà expliqué comment ça fonctionnait, ce que tu peux voir avant tout le monde, tester des prototypes et tout ça.

Mais là aussi, il y aura des coups de cœur, de la démo, du partage autour des jeux.

Est-ce que le covid, le couvre-feu, les confinements ont boosté les ventes de livres et jeux de société ?
Avec le temps que nous avons dû passer chez nous, il y a bien fallu s'occuper, et beaucoup ont redécouvert la lecture. Vous en pensez quoi ?

Y : Boost il y eu, sans aucun doute. On a vu quelques représentants du livre récemment, et en échangeant autour de notre projet, ils avaient tous le même son de cloche : la jeunesse, la BD, les jeux : tout est en hausse. Est-ce que ça va durer ? On le souhaite, car notre boulot c’est de partager une passion.

Le confinement, c’est un moment extrêmement compliqué, personne ne connaissait ça, personne ne l’avait vécu à ce jour, et on ne sait toujours pas de quoi demain sera fait.

Pour moi ça a été une expérience très riche malgré la difficulté du moment … pour d’autre, c’était la fin du monde. J’entends bien.

Réussir à gérer mes enfants pendant le télétravail de ma dame, avec l’école à la maison, les activités dehors, et se retrouver sereinement autour d’un bon jeu et d’histoires avant la nuit, c’était un sacré challenge, mais positif au final.

S : Oui c’est indéniable, les domaines de la vente de livres et de jeux de société ont progressé, cette situation inédite nous a pour certains fait nous recentrer encore d’avantage sur les éléments importants de la vie. Bien que le confinement ne soit pas égal pour tout le monde. Il a été beaucoup moins facile pour d’autres, nous nous avions la chance d’avoir une maison et de l’espace. Mais il me semble qu’il a permis en partie à certaines familles, de se retrouver et de repartager des moments ensembles, et pour beaucoup de rejouer. Nous avons mis en place un petit rituel, le jeu de la soirée, qui nous permettait de toujours finir sur une note joyeuse (même pour les perdants ????) que la journée ai été bonne ou psychologiquement un peu plus dure pour l’un d’entre nous.

Bon, changeons un peu de sujet !
Qu''est-ce qui vous plaît dans notre vallée ?

Y : Tout. Le grand air, l’espace et la liberté de mouvement.

S : La Vallée !!!! Ouvrir la porte et être dans la nature, pouvoir me poser n’importe où en forêt avec mon vélo, et à chaque fois ça fait « c’est quand même trop bien ici »

Votre endroit préféré dans la vallée de Villé ?

Y : Y’a une belle vue depuis le pelage à Breit’, pour y siroter une Abreuvoir, c’est parfait !!

S : Me poser à la Roche des fées et profiter.

Élargissons un peu le périmètre, votre endroit préféré toutes localisations confondues?

Y : Je ne suis pas un très grand baroudeur, plutôt casanier même. L’été dernier je suis parti à Caen, sur les plages normandes entre Ouistreham et Luc sur Mer, certains endroits m’ont fait de l’œil. Et puis j’ai fêté l’anniv’ d’un pote en Irlande en plein Halloween, c’était assez magique. Le lendemain je suis parti dans le Connemara, faire face aux éléments. La nature irlandaise est magique !

S : Londres avec notre ami Martial, y découvrir des endroits underground, pas les endroits les plus touristiques mais plutôt quand il vous emmène dans le Hangar pas loin de son quartier pour y découvrir une brasserie artisanale qui organise apéro et BBQ. C’est l’occasion d’entamer des discussions et de refaire le monde avec des personnes rencontrées une bière plus tôt !!!!

Si vous étiez un arbre, lequel ce serait et pourquoi ?

Y : Un bonsaï : pour son souci du détail et sa fragilité.

S : Un érable : parce que je fais des pancakes trop bons

Même question pour un animal ?

Y : Un bonobo : plein de problèmes avec une seule solution.

S : Un wombat : il suffit d’en voir un !

Un vin ?

Y : Le Plaisir d’Eté chez Barthel à Albé …. mais d’abord une bière, une belle ambrée brassée avec amour à l’Abreuvoir à Breitenbach. De toute façon dans la vallée, faut boire local !

S : Alors là, je vais m’attirer les foudres de mon comparse, mais un bon Macvin dégusté avec ma chère et tendre. Mais comme j’aime aussi me faire surprendre avec les vins, rien de tel que de passer chez mon ami Phil à la Raison du Raisin, la pépite à coup sûr il vous trouvera !!!

Et un livre ? Si vous deviez vous ré-incarner en livre, lequel ce serait et bien entendu, pourquoi ?

Y : Houlalalaaaaaaaaaaaaa, difficile. Je dirai « Personne ne gagne » de Jack Black. Grand sentiment de liberté dans ce roman de la fin des années 1920, récemment sorti chez Monsieur Toussaint Louverture dans leur collection « les grands animaux ». Un récit d’aventure, de vagabond, un livre vraiment unique qui se lit tout seul. J’ai dévoré chaque page.

S : L’affaire Jane Eyre de Jasper Fford, devenir détective littéraire, pouvoir entrer dans les livres et les protéger… Un délicieux mélange de science-fiction, d’humour et de polar le tout dans un univers joyeusement absurde.

Qui est votre auteur préféré ?

Y : Ex-aequo : David Vann + Edgar Hilsenrath

S : Jasper Fforde

Quelle est votre BD préférée ?

Y : Ex-aequo aussi :Les Légendes de la Garde de David Petersen + Esmera de Vince et Zep

S : L’ensemble de la série des Notes de Boulet (avec un ++ pour la Viande c’est la force) + Moi ce que j’aime c’est les Monstres d’Emil Ferris

Quand vous étiez petits, vous vouliez faire quoi comme métier ?

Y : Dentiste (merci de ne pas avoir demandé pourquoi!)

S : Charpentier (bon j’y suis presque avec le relooking DIY à base de palettes)

Sportifs ????

Y : A l’horizontal de préférence !

S : Sur 2 roues avec de la boue c’est mieux !

Revenons à votre librairie. (Merci, je partais en vrille là)
Si on laisse toutes les portes ouvertes aux rêves et à l'utopie, le rêve pour cette aventure professionnelle (mais quand même très très personnelle) ce serait quoi ?

Y : On va faire sans les « si » car tu parles à un très grand utopiste. J’ai rêvé d’une maison au grand air et je l’ai eu … j’ai rêvé d’une femme belle et intelligente avec qui j’aurai de beaux enfants, je l’ai eu … j’ai rêvé d’un alignement des planètes qui me conduirait aux portes d’une aventure professionnelle dans un endroit parfait, et je viens de l’avoir. Que demander d’autre ?? Le rêve est en cours et la vie continuera dès le 12 avril à la librairie Les Darons, avec l’esprit de Totem qui veillera sur nous.

S : Ma vie est belle, je la partage avec ma femme et ma fille dans un endroit magnifique. Ma vie professionnelle prend un tournant inattendu mais qui se prépare depuis bien avant qu’il soit question de la vente de la librairie, il se prépare depuis ma rencontre avec Yannick sans le savoir. Nous avons bénéficié, comme le dit Yannick, d’un alignement de planètes, toutes les personnes et organismes que nous avons rencontrés étaient enthousiastes. Notre rêve est en route, c’est celui de faire vivre cet endroit créé par Eugénie et Sébastien et qui maintenant a été adopté par les Darons !

Est-ce que pour nous, juste pour nous... ça restera secret (on fait seulement quelques milliers de vues pour nos articles) vous avez une petite exclu à nous livrer concernant la librairie ?

Y : Avec tout ce que je viens de dire, si on n’a pas perdu quelques lecteurs et lectrices en cours de route, je dis « chapeau » !! Mais je crois qu’on a fait le tour, franchement je ne vois pas … à moins que … attends ! Est-ce que je t’ai parlé du « Brassin des Darons » ????

S : On a dit une et seulement une exclu !!!!!

Vous avez huit secondes pour donner envie à vos futurs clients de venir vous voir … 7'' ...6'' … Viiiite :

Y : C’est l’histoire d’un mec qui rencontre une femme qui a kidnappé devant une crèche un gamin qui n’est à personne …. la suite dans « Feel Good » de Thomas Gunzig, roman totalement délirant, une petite merveille.

S : La saison hivernale vient de commencer pour vos cartographes. Vont-ils réussir à livrer la meilleure carte des Terres septentrionales à la Reine Gimnax. Ont-ils été suffisamment malins durant les saisons précédentes pour relever les défis et ont-ils été assez forts face aux créatures qui parcourent ces terres ? Le rêve de réaliser des cartes à la portée de tous dans le jeu « Cartographers » de Jordy Adan.

Les Darons, merci beaucoup pour votre accueil, votre sympathie et votre passion !
Nous vous souhaitons le meilleur pour cette superbe aventure et espérons que tout se passera comme vous le souhaitez, et même mieux encore.

Une page se tourne mais une nouvelle s'écrit déjà Yannick et Sébastien.